Changement d’heure, des conséquences méconnues sur notre santé

Tic-tac, tic-tac, dans la nuit du 27 au 28 mars 2021, nous passerons à l’heure d’été. À 2h, il sera l’heure d’avancer vos aiguilles d’une heure. Et oui, nous perdrons comme chaque année une heure de sommeil, pour voir nos fins de journée rallongées, coucher du soleil plus tardif oblige. Si comme moi vous préférez l’heure d’été, vous attendez certainement avec impatience ce changement d’heure ! Et pourtant, mieux vaut s’y préparer car il a souvent quelques désagréables conséquences sur notre santé. Explications.

Quid du changement d'heure

Quid du changement d’heure

Je crois que les questions qui reviennent le plus fréquemment deux fois par an est : est-ce qu’on dort une heure de plus ou une heure de moins ? Est-ce que j’avance mes aiguilles d’une heure ou est-ce que je les recule ? Voilà 45 ans que chaque printemps nous passons à l’heure d’été et chaque automne à l’heure d’hiver. Une gymnastique des horloges qui pourrait prendre fin sous peu, sans deadline cependant. Le Parlement européen a en effet soumis et approuvé l’abolition du changement d’heure en 2019 pour une application en 2021. Les États membres devaient alors décider après concertation d’un maintien à l’heure d’hiver ou au contraire à l’heure d’été. Malheureusement, la crise sanitaire a mis à mal l’agenda, repoussant la fin du changement d’heure à une date inconnue à ce jour. Une chose est sûre, cette vieille pratique ne devrait pas perdurer dans le temps.

Mais en attendant, il faut garder en tête que l’heure d’été nous fait perdre une heure de nuit alors que l’heure d’hiver nous fait gagner une heure dans notre lit. Mais la première est largement plébiscitée pour ses douces fins de journée souvent lumineuses et ensoleillées bien que moins bénéfique pour la santé.

Face à ces changements bi-annuels, les organismes peuvent être un peu perdus. Si certaines personnes s’adaptent parfaitement au changement d’heure, d’autres observent de dommageables, mais souvent temporaires, répercussions sur leur santé.

Pourquoi notre horloge biologique est perturbée par le changement d’heure ?

La parole d’autorité est à la spécialiste du sommeil aussi présidente du Réseau Morphée, Sylvie Royant-Parola. Elle affirme en effet que <em>« notre horloge biologique se retrouve rapidement perturbée face à ce décalage »</em>, qu’il s’agisse du passage à l’heure d’été comme à celui de l’heure d’hiver.

Pour comprendre les répercussions de ce mouvement d’heure, il faut savoir que notre horloge biologique très précisément est située dans notre cerveau. Elle se synchronise en alternance jour et nuit sur une durée de 24h. <em>« Cela s’appelle le cycle circadien, notre organisme s’organise par rapport au temps et à la lumière extérieure. Et lorsqu’on change de référentiel, le corps va subir des modifications. »</em> Et aussi étonnant que cela puisse paraître, pour une seule petite heure, tout peut être chamboulé, systèmes de régulation de l’organisme comme systèmes hormonaux. Et oui, nous passons à une journée de 25h ou à une journée de 23h en fonction de la saison. L’organisme ne comprend plus rien et notre hormone du sommeil, la mélatonine, n’est plus sécrétée de manière optimale et bien réglée. Pour faire encore plus simple, tous nos repères temporels partent en fumée pour 60 minutes de décalage. Mais rassurez-vous, le plus souvent tout rentre dans l’ordre en seulement 3 ou 4 jours, le temps que l’organisme s’habitue à la nouvelle heure.

Quels sont les effets du changement d’heure sur la santé ?

Par quelles conséquences du changement d’heure pouvez-vous être touché(e) ? Sans grande surprise, le principal effet relevé est un trouble de l’endormissement temporaire. Ce trouble du sommeil fréquent entraîne avec lui d’autres conséquences en cascade.

Le changement d’heure peut ainsi être responsable de trouble de l’attention, de trouble de l’humeur et de trouble de l’appétit. Le surpoids peut également s’inviter dans certains rares cas. Pour la spécialiste du sommeil <em>« L’heure d’hiver reste tout de même préférable à l’heure d’été, car c’est l’heure physiologique qui se rapproche le plus de l’heure solaire, et c’est donc plus facile pour l’organisme de s’y adapter. Lors du passage à l’heure d’été, les enfants, et en particulier les plus petits, ont beaucoup de mal à aller se coucher, car il fait encore jour. »</em> Cependant, pour cette même raison, les Français sollicitent plus largement l’heure d’été lors des consultations.

Qui peut-être sujet aux effets du changement d’heure ?

D’une manière générale, nous pouvons tous souffrir de troubles du sommeil ou de difficultés d’attention pendant quelques jours. Cependant, les personnes les plus fragiles, malades ou encore les enfants manifestent des effets plus marqués et plus durables.

Parmi ceux-ci, des dépressions saisonnières. Lorsque l’organisme est perturbé, la dépression peut guetter. Une tendance d’autant plus vérifiable lors du passage de l’heure d’été à l’heure d’hiver, manque de lumière oblige.

Pour les personnes fragiles toujours, les troubles du sommeil peuvent avoir des conséquences plus graves. Moins elles sont reposées, plus le risque de voir survenir un infarctus est élevé. Une étude menée par l’American College of Cardiology* de Washington a conclu à une augmentation de 25% du nombre d’infarctus le lundi qui suit le changement d’heure. Considérable !

Enfin, les personnes qui présentent les troubles du sommeil les plus importants sont logiquement moins vigilantes au volant. Conséquence : le passage à l’heure d’été comme à l’heure d’hiver entraînent une hausse importante des accidents de la route.

Généralement, les personnes malades, les enfants et les personnes âgées sont celles qui ont besoin du temps d’adaptation le plus long face aux changements d’heure. « Pour les enfants et les personnes âgées, leur organisme est plus fragile, ils ont plus de mal à s’habituer aux dérèglements de leur horloge biologique. »

Mais rassurez-vous, les désagréables répercussions du changement d’heure sont temporaires. L’organisme s’adapte parfaitement dans un laps de temps qui peut aller de 24h à une semaine grand maximum. Si vous avez des difficultés à vous plier à ces mouvements d’horloge, anticipez en luttant dès à présent contre les troubles du sommeil de manière 100% naturelle. CYCLOSOMNIA® vous aide à éloigner les conséquences du changement d’heure sur votre santé et sur votre moral.

Sources :