Qu’attendre des thérapeutiques alternatives dans l’arthrose ?

La capsaicine

Source JIM – Dr Cécile Borget

Toutes les études randomisées comparant ces thérapeutiques alternatives aux thérapeutiques classiques ou au placebo publiées en anglais avant l’année 2009 ont été répertoriées grâce à des bases de données informatiques ou manuscrites. Pour chacune, les auteurs ont analysé : le déroulement de l’étude, les conclusions portées par les auteurs (nature des molécules ou traitements comparés entre eux et méthode statistique utilisée pour cette comparaison), effets secondaires et qualité méthodologique de l’étude.

Les conclusions portées à l’issue de cette analyse sont les suivantes :

  • Le gel à la capsaïcine et la S adénosyl méthionine peuvent s’avérer utiles dans la prise en charge de la maladie arthrosique.
  • Des médications telles que : l’encens salai (huile essentielle), le méthylsulfonylméthane et le cynorhodon semblent revêtir elles aussi un certain intérêt
  • Les effets secondaires de ces thérapeutiques ont été rares et toujours bénins.

Pour conclure, cette revue va à l’encontre de certaines idées reçues car en matière d’arthrose les thérapeutiques alternatives les plus réputées ne sont pas celles dont l’efficacité apparaît être la plus manifeste ; il y a toutefois une carence d’études valables scientifiquement et l’on ne peut qu’insister sur l’intérêt de mettre en route ces travaux, afin de définir au mieux la place de ces thérapeutiques complémentaires dans le traitement de la maladie arthrosique.

De Silva V et coll. Arthritis Research UK working group on complementary and alternative medicines : Evidence for the efficacy of complementary and alternative medicines in the management of osteoarthritis: a systematic review. Rheumatology 2011; 50: 911-920

Résultats pour le Gel à la capsaïcine

L’efficacité du gel à la capsaïcine dans le traitement de l’arthrose du genou ou de la main a été testée dans cinq ECR (essais cliniques randomisés), avec des tailles d’échantillons variant entre 14 et 200 et un score Jadad médian de 4. (1-2)

Dans quatre essais, l’efficacité a été évaluée par rapport au placebo, et dans le cinquième essai par rapport au placebo et un gel trinitrine. Dans trois essais, les patients ont appliqué 0,025 % de capsaïcine quatre fois par jour pendant les 4 à 12 semaines de durée du traitement.

Dans les autres essais, 0,015 % de capsaïcine a été appliquée une fois par jour pendant 6 semaines et 0,075 % de capsaïcine quatre fois par jour pendant 4 semaines. Dans tous les essais, le gel à la capsaïcine a été significativement plus efficace dans l’amélioration de la douleur que le placebo, et tout aussi efficace comparé à un gel trinitrine dans le cinquième essai. À la fin de l’essai portant sur 12 semaines de traitement, il y a eu une réduction de l’intensité des douleurs de 53 % contre 27 % avec le placebo(1), alors que dans l’étude portant sur 4 semaines les réductions étaient de 33 et 20 %.(3)

Les essais ont également rapporté une amélioration significative (par rapport au placebo) sur la douleur liée aux mouvements effectués par les patients ainsi que sur leur état général. Le gel de capsaïcine est maintenant validé en traitement classique conventionnel et recommandé par l’Eular dans l’arthrose au même titre qu’un gel AINS.

1- Altman RD, Aven A, Holmburg CE, Pfeifer LM, Sack M, Young GT. Capsaicin cream 0.025% as monotherapy for osteoarthritis: a double-blind study. Semin Arthritis Rheum 1994;23(Suppl. 3):25–33.
2- McCarthy GM, McCarty DJ. Effect of topical capsaicin in the therapy of painful osteoarthritis of the hands. J Rhematol 1992;19:406–7.
3- Deal CL, Schnitzer TJ, Lipstein E et al. Treatment of arthritis with topical capsaicin: a double blind trial. Clin Ther 1991;13:383–95.

Capsaïne est un gel de massage pour les articulations douloureuses et le cartilage. Il agit sur les douleurs superficielles des mains, des poignets, des doigts, des coudes, du rachis et plus généralement sur toutes les articulations accessibles pour un massage quotidien. La capsaïcine possède une action antalgique plébiscitée par les experts de l’EULAR (European League Against Rheumatism) en deuxième solution en cas d’échec des antalgiques traditionnels mais avant l’utilisation des anti-inflammatoires.

>>> Je découvre