Témoignage Fibromyalgie

Retrouvez le témoignage d'une cliente fibromyalgique. La fibromyalgie est un syndrome aux multiples facettes. Nous le décrivons largement dans les différentes rubriques du Laboratoire Labrha. Nous vous avons également indiqué que l’efficacité de Fibromyalgine Classique avait été démontré par 3 études scientifiques : Fibralgic, Fibra, Profine. Dans lesquelles 72% des patientes ont estimé améliorer leur qualité de vie suite à une cure de 6 mois de Fibromyalgie Classique.

 
Témoignage fibromyalgie

Transcript du témoignage d’une cliente fibromyalgique

Cela fait à peu près 7 ans que vous êtes fibromyalgique. Depuis combien de temps suivez-vous le traitement Fibromyalgine® ?
Cela fait 4 ans. Les résultats ont été assez rapides. Je suis restée un bon moment avec la maladie sans être vraiment traitée. En plus, je travaille dans un milieu assez physique donc il fallait que le traitement fasse effet rapidement.
Depuis que je prends ce traitement je vois une nette amélioration. Cela n’empêche pas les douleurs de revenir parfois mais il n’y a rien à voir avec 7 ans en arrière quand je ne pouvais même pas sortir de mon lit.
Vous étiez vraiment invalide ?
Oui, je ne pouvais pas sortir de mon lit, pas marcher, par prendre un escalier, les migraines étaient très importantes. Le sommeil était chaotique et le manque de récupération énorme, tout simplement. On revit. Il y a eu un nom mis sur cette maladie, elle a été reconnue et en plus il y a un traitement efficace. Cela n’empêche pas deux-trois traitements à prendre à côté, mais l’amélioration est énorme.
C’est votre médecin qui vous a expliqué cette maladie ?
Oui, je ne connaissais pas du tout cette maladie. C’est vrai qu’à cette période en France on n’en parlait pas vraiment. Je suis pourtant dans le médical et c’est vrai qu’en assistant aux conférences de ce médecin spécialisé j’ai mieux compris.
Quand on est sujet à cette maladie, même les proches ne comprennent pas pourquoi on n’arrive pas à marcher, pourquoi on n’arrive pas à se lever, pourquoi on a des douleurs de partout. C’est vrai qu’ils mettent beaucoup de choses sur la dépression au début. C’est très frustrant lorsque l’on sait qu’on n’est pas dépressif du tout, qu’on ne peut rien faire sans être douloureuse et qu’on n’est pas compris.
Vous preniez des antidépresseurs au départ ?
Non, les antidépresseurs non. Je suis aide-soignante auprès des personnes âgées, donc je porte beaucoup, je manipule, j’ai des horaires compliqués donc mon médecin m’a plus aidée au niveau de la fatigue. Mais quand j’ai vu au bout de deux ans qu’il n’y avait pas d’améliorations, je suis allée voir ce spécialiste qui a mis un nom sur la maladie. Les généralistes aujourd’hui commencent un petit peu à évoluer sur cette maladie parce qu’on en parle plus dans les livres, il y a beaucoup de forums… et c’est vrai que les généralistes commencent à comprendre et à en parler. La compréhension de l’extérieur est très importante pour ne pas être isolé.
Nous sommes contents que le traitement soit efficace sur et pour vous.
Oui, le traitement est très efficace sur moi. En plus, j’ai changé mon rythme : depuis deux ans, je travaille de nuit. Il a fallu remettre les choses en place avec le médecin. Nous avons ainsi inversé la prise du traitement. Et cela fonctionne. Le traitement de jour est donc passé la nuit et inversement. C’est vrai qu’il y a un moment où ça coince et que les douleurs reviennent. C’est quand je finis mes nuits et que je n’ai pas pris le traitement de jour.
Dès qu’on arrête on ressent à nouveau les douleurs, la fatigue, les courbatures… Rien que de passer l’aspirateur était quelque chose de difficile.
Aujourd’hui vous prenez Fibromyalgine® et quels sont vos autres traitements ? Ils ont diminué aussi ?
J’ai toujours eu le Laroxyl et le Risperdal, c’est lié avec le traitement. Les doses ont augmenté à cause de mon travail de nuit. Je serais restée de jour, les doses normales auraient été suffisantes. Je suis obligée d’augmenter la posologie pour tenir le coup, pour éviter les douleurs et éviter que les symptômes de la maladie ne reviennent.
Vous comptez continuer Fibromyalgine® ?
La dernière fois que j’ai vu mon rhumatologue, nous en avons discuté. Personnellement je ne tiens pas à l’arrêter. Je ne veux pas revenir comme il y a 7 ans en arrière.
Quand on laisse revenir la douleur, c’est un cercle vicieux difficile à contrôler. Je m’en suis rendue compte en passant de nuit et depuis que le traitement est un peu décalé. Cela ne revient pas aussi fort mais cela revient quand même.