Tabac et arthrose : pourquoi sont-ils liés ?

Prêt(e) à relever un nouveau défi ? Dites bye-bye au tabac et aux douleurs articulaires dès aujourd'hui ! Eh oui, l'arthrose et le tabac sont étroitement liés. Le saviez-vous ? En arrêtant cigarette et cigarette électronique, vous faites un grand pas vers la pleine santé retrouvée. C'est scientifiquement prouvé : le tabac favorise puis accentue l'arthrose des hanches, l'arthrose lombaire, l'arthrose des genoux et la polyarthrite. 7 jours pour arrêter le tabac, on y arrivera.

Arthrose et tabac, pourquoi sont-ils liés ?

 

Quels sont les facteurs environnementaux qui favorisent l’arthrose ?

 

Avant de rentrer dans le vif du sujet, il est intéressant de déterminer les différentes causes, les facteurs environnementaux, mais pas seulement, qui augmentent les risques de douleurs articulaires et plus largement d’arthrose. Qu’importe la ou les localisation(s) de l’arthrose (dos, genou, doigt, hanche…), la pathologie est d’origine multifactorielle dans une grande majorité des cas. Parmi les raisons les plus fréquentes :

 

  • L’âge du sujet : les plus de 55 ans sont les plus touchés par l’arthrose.
  • Le sexe : les femmes présentent davantage de douleurs articulaires et d’arthrose.
  • Les facteurs métaboliques mais également ethniques et génétiques.
  • Le surpoids voire l’obésité.
  • Les événements traumatiques antérieurs.
  • Les différents facteurs environnementaux comme, en tête de liste, le tabac.

 

Le lien entre tabac et douleurs articulaires est avéré dans les types de pathologies comme l’arthrose et plus spécifiquement la gonarthrose symptomatique chez l’homme*. Le recours à des solutions naturelles pour prendre soin des articulations est alors conseillé mais pas sans éloigner le tabac du quotidien du malade.

 

Pourquoi le tabac favorise l’arthrose ?

 

Sans que personne ne se penche vraiment sur la question, les fumeurs ont pendant de nombreuses années présenté des douleurs articulaires, de l’arthrose lombaire, de l’arthrose des hanches et de la polyarthrite plus fréquemment que les non-fumeurs.
Progressivement, médecins et scientifiques se sont donc emparés du sujet pour révéler ce qui est aujourd’hui une évidence : tabac et arthrose sont en relation directe, le premier favorisant et/ou accentuant le second. Le professeur-rhumatologue Shreyasee Amin œuvrant au sein de la Mayo Clinic de Rochester a publié des résultats d’étude (2006) sans appel : les fumeurs multiplient par trois le risque de détruire leur cartilage“D’autres travaux n’avaient montré aucun lien entre le tabagisme et la sévérité d’une arthrose du genou. Au contraire, certaines études concluaient même à un éventuel bénéfice du tabac.”



Pour arriver à ces résultats, l’investigateur a observé des sujets fumeurs et non-fumeurs, permettant les conclusions suivantes :

 

  • Le tabac et les douleurs articulaires sont liées car fumer altère la reproduction des cellules, favorisant le stress oxydatif. Les défenses antioxydantes ne parviennent plus à bloquer et lutter contre les radicaux libres.
  • La combustion de la cigarette entraine la production de monoxyde de carbone qui vient se loger dans les artères. Résultats, l’oxygénation du sang est mise à mal et amène une perte de cartilage plus ou moins importante.

 

Des mots du Pr Shreyasee Amin “Le tabac inhibe la prolifération cellulaire au niveau du cartilage et augmente le stress oxydatif. Par ailleurs, le monoxyde de carbone résultant de la combustion de la cigarette circule dans les artères et contribue lui aussi à la perte de cartilage”.

C’est ainsi que les fumeurs multiplient les risques d’arthrose et de douleurs articulaires car, pour simplifier les données scientifiques, le tabac encrasse les cartilages et empêche l’organisme et ses défenses de faire leur travail correctement.

 

Le cas de la polyarthrite et du tabagisme

 

Maladie inflammatoire sévère, la polyarthrite rhumatoïde impacte douloureusement les articulations. Elle se manifeste plus particulièrement par des gonflements, des douleurs articulaires, des raideurs ou encore des déformations handicapantes et inesthétiques. Progressivement, les articulations peuvent être totalement détruites, d’où la nécessité d’un traitement de fond mais également d’une hygiène de vie irréprochable ou presque. Comme dans le cas de l’arthrose, les facteurs de risque et d’aggravation sont multifactoriels, les causes environnementales jouant un rôle majeur dans la maladie. Logiquement, le lien entre polyarthrite et tabagisme est étroit entraînant à la fois son apparition mais également son aggravation.

Selon l’Inserm, la pathologie est plus fréquente chez les fumeurs et plus la consommation de tabac s’étire sur les années, plus le facteur de risque est élevé. Plus encore, un fumeur porteur du marqueur génétique dans la région du gène HLA-DRB ou “épitope partagé” multiplie par 20 la probabilité de développer une polyarthrite.

Et une fois la maladie installée, le tabagisme en aggrave considérablement les symptômes. Les anticorps anti-CPP ou anti-péptides citrullinés sont produits en plus grand nombre, augmentant la sévérité de la polyarthrite rhumatoïde.

Il faut également souligner que la même polyarthrite rhumatoïde rend plus important les problèmes cardiovasculaires, a l’instar le tabac. Les facteurs de risque s’empilent alors pour développer un terrain propice à la survenue d’un accident cardiaque. Stopper le tabac est donc indispensable, que la polyarthrite rhumatoïde soit déjà déclarée ou non.

 

Défi 7 jours : comment arrêter de fumer et éloigner l’arthrose ?

 

On ne va pas se mentir, l’arrêt du tabac est avant tout une histoire de volonté même si la santé devrait logiquement primer. Alors pour vous accompagner dans cet incroyable challenge, pensez positif. En 7 jours, une petite semaine seulement, vous pouvez tout stopper :

  • Jour 1 : vous êtes motivé(e) mais un peu anxieux(se). Rien de plus normal, vous allez y arriver. Pour ce premier jour de défi, notez sur une feuille blanche les raisons pour lesquelles vous devez arrêter de fumer : bien-être, santé, économies, arthrose, conscience du lien entre tabagisme et polyarthrite… Accrochez votre liste dans la cuisine ou au-dessus de votre lit.
  • Jour 2 : ça y est, la pression artérielle redescend déjà et votre cœur se porte mieux. Il bat enfin à son rythme de croisière. Vous avez peur de craquer ? Occupez-vous ! Sports, activités manuelles, sorties… les activités vous font oublier votre envie de fumer. Une envie de fumer disparaît en seulement 2 ou 3 minutes si vous êtes occupé(e).
  • Jour 3 : c’est une réalité, stopper la cigarette peut entraîner une prise de poids allant de 2 à 4kg en moyenne. Pour compenser, les fumeurs ont en effet tendance à grignoter. Faites diversion ! Mâchez un bâton de réglisse ou brossez-vous les dents.
  • Jour 4 : votre corps est en plein sevrage. Avec lui, l’absence de nicotine vous rend irritable, de mauvaise humeur. C’est le moment d’aller en pharmacie ou de prendre conseil auprès de votre médecin pour définir les substituts nicotiniques les plus adaptés.
  • Jour 5 : ne plus fumer peut entraîner une intense fatigue. Mais rassurez-vous, elle est passagère. Votre organisme fait du mieux qu’il peut pour se réadapter. Le bon réflexe ? Faire une cure de vitamine C en intégrant à votre alimentation un maximum d’agrumes, de baies, de choux, de kiwis ou encore de persil. Si vous souffrez de douleurs articulaires, ces aliments sont parfaits dans votre assiette anti-arthrose.
  • Jour 6 : vous n’avez pas le moral et on vous comprend. Mais tenez bon, cette déprime ponctuelle passera rapidement. Si ce n’est pas encore fait, optez pour les substituts nicotiniques. Et pour rebooster votre humeur, essayez-vous à l’exercice du miroir. Regardez-vous droit dans les yeux puis énoncez à haute voix toutes les raisons pour lesquelles vous êtes fier(e) de vous sans oublier de mentionner vos 6 jours sans tabac.
  • Jour 7 : déjà une semaine que votre défi a commencé. Et cela se voit ! Votre énergie augmente, vous redécouvrez les saveurs, les conseils anti-arthrose réduisent les douleurs articulaires et votre porte-monnaie est plus riche de 7 jours sans achat de cigarettes. Continuez sur votre lancée en mettant de côté l’argent que vous dépenseriez dans votre ancienne vie de fumeur. Après quelques temps d’économies, offrez-vous un bon restaurant, un soin relaxant ou même de magnifiques vacances.

 

Vous avez fait le plus difficile, l’envie de fumer s’est estompée voire s’est évaporée dans un nuage sans fumée. Continuez ! Et souvenez-vous qu’en arrêtant le tabac, vous faites du bien à vos articulations. Un supplément de motivation !
Vous avez besoin d’un coup de pouce pour éloigner définitivement la cigarette de votre vie ? Certaines disciplines ont fait leurs preuves : hypnose, sophrologie, acupuncture…